Conclusion

Nous avons donc vu que la cuisine moléculaire insère la science en cuisine en utilisant les résultats de la gastronomie moléculaire qui étudie les réactions physiques et chimiques des transformations culinaires.


Pour obtenir une gélification, sphérification ou autre, l’utilisation d’additifs est nécessaire. Or leur consommation peut s’avérer nocive pour la santé à trop forte dose et provoquer des disfonctionnement de l’organisme (allergies, problèmes intestinaux…) mais rien de vraiment très grave.  Cependant, étant une cuisine très récente, nous n’avons pas assez de recul pour affirmer pour le moment si la consommation de plus en plus prononcée de ces additifs entrainera plus tard des maladies telles que les cancers. En effet, plusieurs études en laboratoire ont prouvés que l’ingestion de carraghénane pouvait favoriser l’apparition de cancer du colon mais aucun cas ne s’est encore présenté. Par contre, les effets positifs sont eux bien démontrés, et la cuisine moléculaire serait donc bénéfique pour notre santé. Les additifs ont en effet des propriétés diététiques et peuvent remplacer certains ingrédients allergènes.

 

La plupart des gens se méfient donc à tort de la cuisine moléculaire car c’est quelque chose de très récent et cette nouveauté fait peur. Nous avons aussi vu que les médias favorisent la création d’une psychose autour de ce sujet. Mais la cuisine moléculaire n’est qu’une expérience ponctuelle et il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter sur la trop forte consommation d’additifs. Il nous est donc impossible de répondre par oui ou par non à la question posée : « la cuisine moléculaire est-elle dangereuse pour la santé ? » car les deux aspects se posent !

 

Pour ce qui en est de l’avenir de la cuisine moléculaire, elle sera amenée à disparaître car peu à peu ses techniques vont s’intégrer dans noshabitudes culinaires. La gastronomie moléculaire, qui elle est une science ne disparaitra pas car nous continuerons toujours d’étudier ce qu’il se passe dans nos assiettes. Ainsi, Hervé This propose une nouvelle cuisine, qui remplacera peut-être la cuisine moléculaire : « la cuisine note à note ». Un plat est constitué de plusieurs ingrédients qui sont eux même formés de nombreuses molécules. Le principe de cette cuisine serait d’ajouter chaque élément seul dans un ordre souhaité et en quantités dosées pour créer de nouveaux plats aux nouvelles textures, formes et saveurs !


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site